Neolamprologus brevis   

 

Textes et photos d'aqua-david           http://www.aquadavid.fr.st

 

 

 


 

 

 

Classification:

  

                        Neolamprologus brevis a été décrit par BOULENGER en 1899.


    Embranchement des Chordés
        Sous embranchement des Vertébrés
            Classe des Téléostéens.
                Ordre des Perciformes.
                    Famille des Cichlidés.
                        Genre: Neolamprologus.
                            Espèce: brevis.

 

 

 

 

 


Origine:

 

 

     Cette espèce est endémique du lac Tanganyika (Afrique de l'Est).

    Il vit dans les zones sableuses à partir d'environ 5 mètres de profondeur. Il y squatte les coquilles vides de mollusques. Il fait parti de la belle famille des conchylicoles. 

 

 

 

 

 

 

Diphormisme:

 

 

    Les males mesurent 5 à 6 cm. Ils ont un liseré orange-paille sur leur dorsale à l'age adulte. Enfin, les nageoires anale et dorsale ont leur extrémité pointue.

 

    Les femelles mesurent 3 à 4 cm. Elles sont donc plus petites que les males. Les nageoires dorsale et anale sont plutôt arrondies.

    Les femelles de la variété SUN SPOT IKOLA ont une tache beige très prononcée sur les flancs lors de la reproduction.

 

    Cependant, le diphormisme sexuel est très peu marqué jusqu'à l'age adulte et il est donc préférable de se procurer 5 ou 6 spécimens de tailles différentes pour multiplier les chance de formation d'un couple futur...

 

 

 

 

 

 


Maintenance

 


    Cette petite espèce endémique du lac Tanganyika sera difficilement maintenue en bac communautaire. Leur petite taille, leur mode de vie limitent les cohabitations possibles avec d'autres poissons.

 

    Le bac spécifique reste donc la meilleure solution. On pourra opter pour un bac d'environ 70 litres. Il sera plus profond que haut. En effet, ces poissons évoluent uniquement dans la partie inférieure de l'aquarium. Dans un tel volume, on optera pour le maintien d'un ou deux couples. Les dimensions d'une tel aquarium pourraient entre 50 X 50 X 30 ( L X l X h   en cm).

 

    Le fond du bac sera recouvert d'une couche de sable de Loire ( ou autre sable de même granulométrie ) d'environ 3-4 cm. L'important est que la granulométrie du sable soit petite. L'épaisseur de sable ne doit pas entre trop importante sinon les poissons auront du mal à entretenir leur territoire et à la longue, toutes les coquilles vont finir par entre ensevelies sous le sable...

 

    Une dizaine de coquilles d'escargot vides sera répartie sur le sol. Il est inutile de les placer, les N. brevis s'en chargeront. Ils ont beau entre petits, ce sont de véritables terrassiers. Déplacer, enterrer, retourner des coquilles ne leur pose aucun problème...

De plus, il est inutile de mettre plus de 5-6 coquilles pas couples car pour des raison de surveillance de territoire, les autres coquilles seront systématiquement enterrée. On ne peut pas entre au four et au moulin alors on ne peut pas surveiller plus de coquilles que de raison.

 

    Quand les pensionnaires auront fini de préparer leurs territoires, ils vont jouer à entrer et sortir des coquilles. Des ajustements vont entre apportés à la disposition des coquilles. Petit à petit il ne vont plus qu"entrer et sortir d'une seule coquille, ce sera la résidence principale. Ce petit jeu est en fait un entraînement. Celui-ci durera jusqu'à ce que cela devienne un réflexe. Dans le milieu naturel, c'est une question de survie. Au moindre mouvement, une fusée à nageoires se réfugiera dans sa coquille.

 

    La plantation pourra entre négligée. Ce n'est pas la priorité dans la maintenance de ce poisson. De plus, les plantes risquent d'entre souvent déracinées lors des modifications de place des coquilles.

 

 

 

 

 


Comportement

 


    C'est une espèce territoriale qui quitte que très rarement son territoire. Chacun s'occupe de sa coquille et de ce qui se passe dans un rayon de 5 à 10 cm. 

    

    Mis à part cela, c'est une espèce plutôt timide qui devient un peu plus agressive en période de reproduction. Chaque couple s'octroie un lot de coquilles dans le bac. Les différents couples luttent jusqu'à trouver un équilibre éphémère qui sera remis en question à la prochaine ponte...

 

 

 

 


Caractéristiques de l’eau

 


    Une eau de conduite pas trop dure pourra convenir à la maintenance de ce poisson. Il faudra quand même s'assurer que la dureté ne varie pas trop de 15 ° GH.

 

    Le pH sera situé autour de 8, mais il ne semble pas avoir une importance primordiale.

 

    La température sera comprise entre 25 et 26 °C.

 

 

 

 

 


Nourriture

 


    Neolamprologus brevis accepte toute nourriture qui passe à portée de son territoire. Il accepte les nourritures vivantes, congelées ou sèches...

 

    Cependant, il fait peu d'efforts pour aller chercher sa nourriture. Timidement, il évite de quitter le périmètre de sa coquille, même pour manger.

 

    La seule nourriture à PROSCRIRE c'est le ver de vase (Chironome). Ceci est valable pour beaucoup de cichlidés. En effet, la larve de chironome est, entre autres, une source d'alimentation beaucoup trop riche.

 

 

 

 

 


Reproduction

 


    On peut dire que c'est une espèce assez facile à reproduire. Il suffit de se procurer 5 ou 6 jeunes afin que les couples se forment d'eux-mêmes.

 

   Le male commence à devenir presque noir. Il devient de moins en moins tolérant avec les intrus pénétrant dans son territoire.

 

   La femelle s'éclaircit. Chez la variété SUN SPOT   IKOLA, elle s'orne d'une superbe tache beige sur le flanc. Cette tache est vraiment très lumineuse.

 

   La ponte aura lieu dans la coquille de la femelle. Les oeufs 1 à 2 mm de diamètre et de couleur orange sont déposés dans la coquille et fécondés par le male.

La femelle disparaît quelques jours puis réapparaît entourée d'une vingtaine d'alevins. Le nombre d'alevins est très variant d'une ponte à l'autre. Cependant, il n'excède pas une trentaine.

Seule la femelle s'occupe de la ponte et des jeunes. Le male est chassé après la fécondation. Cependant, le soin maternelle reste très limité, les alevins ont l'air de devoir apprendre à vivre seuls très tôt. La croissance des jeunes est assez rapide.

 

 L'actu  |  Poissons  |  Plantes  |  Photos  |  Articles  |  Astuces  |  F.A.Q  |  A.A.R  |  Monstres  |  Kitch-land Liens